Skip to main content

Série langage corporel ( 1ère partie ) : La posture

Série langage corporel ( 1ère partie ) : La posture

Langage corporel: La posture

Le langage corporel

langage corporelTout un chacun émet des signaux en permanence. Même si vous vous adossez simplement à un mur sans ciller, vous émettez un signal. Voici quelques conseils importants.

 




Selon le théoricien autrichien Paul Watzlawick, « on ne peut pas ne pas communiquer ». En d'autres mots : on ne peut pas ne pas se comporter. C'est bien la raison pour laquelle il est important, tout particulièrement dans les contacts professionnels, de veiller à sa communication non verbale et de faire attention à sa posture.

Plus important que les mots

Dans la plupart des formations en la matière, le message clé est : l'impression qu'une personne fait sur quelqu'un dépend pour 10 % de ce qu'elle dit ou sait, donc des contenus échangés, et pour 90 % de son comportement, de son attitude, sa manière de parler, donc de la manière dont elle se présente, de sa posture, de son charisme, du son et de la tonalité de sa voix, de son éloquence et de sa manière de s'exprimer.

Le langage corporel comprend : la mimique (les yeux, les traits du visage, etc.), le gestuel (les mouvements des mains, des bras, etc.), la voix (le ton, le débit de parole, etc.) et la posture (en position assise ou debout, en marchant). La posture est un élément de la communication non-verbale, une sorte de code avec lequel nous émettons des signaux et exprimons nos attitudes et émotions.

Distances, rapports et liens

La posture et la distance observée entre deux personnes traduisent des rapports tout à fait différents : dans la vie privée, une grande proximité peut par exemple exprimer intimité et tendresse, dans la vie professionnelle une position assise par trop décontractée, voire vautrée dans un fauteuil, les jambes largement écartées, signifie arrogance, manque d'intérêt, dédain et/ou ennui.

Il n'existe pas seulement un lien direct entre la posture et la distance observée entre deux personnes, mais aussi avec la situation dans laquelle nous nous trouvons. Notre manière de marcher, de nous asseoir et de nous tenir debout, dévoile beaucoup de choses sur notre caractère, nos attitudes et notre humeur momentanée : nous montrons ainsi que nous nous sentons bien ou que nous avons peur, que nous sommes nerveux ou que nous attendons avec sérénité, que nous sommes satisfaits ou déçus…

Rester authentique

En nous observant nous-mêmes, nous pouvons essayer d'influencer quelque peu notre posture, mais il est difficile de la piloter systématiquement et avant tout durablement. En effet, la posture est fonction du stress que nous vivons et ressentons, et la plupart des mouvements que nous faisons avec le corps et nos membres sont inconscients. Face à toutes les tentatives que nous faisons pour « discipliner » notre langage corporel et en particulier notre posture, il est primordial de rester authentique.

Quiconque pense pouvoir jouer un rôle durablement, constatera très vite à quel point ceci est difficile et astreignant. En effet, il ne suffit pas de se focaliser systématiquement sur une (mauvaise) habitude, comme par exemple sur une position assise affalée pour s'entraîner à s'asseoir bien droit (c'est d'ailleurs tout à fait possible !). Tous les signaux du langage corporel (le gestuel, la mimique, la voix et la posture) doivent être coordonnés et harmonisés : rares sont les personnes qui arrivent à tenir bon durablement dans un rôle. Conséquence : un manque de crédibilité et d'authenticité.

Nous rayonnons ce que nous ressentons

Assurance et bonne humeur vous confèrent prestance et aisance tandis que quelqu'un qui est malheureux et/ou craintif aura un comportement réservé, voire timide ou angoissé. Notre langage corporel reflète ce que nous ressentons au plus profond de nous-mêmes. Il est donc particulièrement important, dans un entretien d'embauche et évidemment aussi dans votre emploi, de faire attention aux signaux que vous émettez.

Cependant, il n'est pas opportun de « jouer la comédie » et d'adopter « artificiellement » des signaux positifs. Vous perdrez en authenticité et ainsi en force de persuasion. Essayez plutôt d'analyser la cause profonde de votre « mauvaise humeur » et de vous demander quel est votre problème. Une fois que vous aurez découvert ce qui vous tracasse, vous aurez probablement moins de difficulté à résoudre votre problème et à être plus satisfait.

Nos conseils

  • Allez au fond des choses : si vous constatez par exemple dans un entretien que vous êtes affalé sur votre chaise, essayez de découvrir pourquoi. Quel est votre problème ? Qu'est-ce qui pèse sur vos épaules ? Comment résoudre le problème ?

  • Quelqu'un qui ressent de la joie et/ou qui a du succès, rayonne « le positif ». Donc : avant un entretien important, une présentation de vente ou de projet, avant un contact téléphonique décisif, imaginez-vous que vous allez réussir et maîtriser ce défi. Et allez avec de bons sentiments et avec cette confiance dans votre rendez-vous.

  • Vous êtes déprimé mais vous devez tenir un discours ou faire un exposé ? Rappelez-vous une situation agréable que vous avez vécue et pensez-y avec grande intensité. Vous voulez certainement vivre une nouvelle fois une telle situation, non ? Et bien, allez avec courage et élan à votre rendez-vous !

  • Habillez-vous de façon à vous sentir à l'aise. Rien de plus désagréable qu'une tenue vestimentaire dans laquelle on se sent à l'étroit - pas forcément parce que les vêtements sont vraiment trop serrés, mais parce qu'ils ne correspondent pas au style de la personne. Une femme qui ne porte jamais de jupe ou de robe ne se sentira pas non plus à l'aise dans cette tenue pendant un entretien d'embauche, même assise - et son langage corporel, sa posture traduira ce malaise.

  • Soyez positif ! Quelqu'un qui ne pense qu'aux échecs et aux erreurs potentielles qu'il peut commettre, ne peut récolter que défaites et déconvenues.

La posture et ce qu'elle traduit - exemples

Exemples négatifs   Signal donné
     
Debout, jambes écartées   Arrogance, mécontentement Allures de fanfaron
Mains sur les hanches   Mécontentement, provocation agressive
Allures de fanfaron
Epaules tombantes   Tristesse, abattement, découragement
S’adosser au mur de bureau, un pied par terre et l’autre jambe pliée avec le pied contre le mur   Arrogance, dédain et manque d’assurance
Jambes et pieds serrés l’un contre l’autre, dos tendu de façon peu naturelle, bras et mains crispés le long du corps   Discipline exagérée, soumission La personne cache-t-elle quelque chose derrière cette « façade » ?
Position assise (très) décontractée   Arrogance, manque d’intérêt
S’asseoir sur le rebord avant du siège   Manque d’assurance, tension
Tourner le haut du corps vers le côté (se détourner de l’interlocuteur)   Arrogance, manque d’intérêt, refus
S’adosser   Refus, créer une distance
S’enlacer avec les bras   Refus, repli sur soi
Se tenir le buste avec les bras croisés   Repli sur soi, refus de proximité
« Enlacer » les chevilles « autour » des pieds de chaise   Manque d’assurance, tension
Balancer un pied ou une jambe   Nervosité, manque d’intérêt
Jouer avec une mèche de cheveux   Nervosité, gêne
Changer constamment de jambe d’appui pendant l’entretien (debout)   La personne n’a pas encore de position bien définie, manque de certitude
Démarche à petits pas (par rapport à la taille de la personne)   Pédanterie Besoin de vérifier chaque petit détail



Exemples positifs   Signal donné
Debout ou assis, posture bien droite   Sécurité
Bon contact au sol, pieds légèrement « ouverts », colonne vertébrale et tête bien droites, épaules légèrement vers l’arrière, sans tension   Assurance, sans être arrogant
Prestance, allure sûre Ouverture d’esprit
Rapprochement du buste   Approbation
Reproduire le comportement de l’interlocuteur   Approbation, intérêt pour autrui (empathie)
Tête légèrement inclinée   Concentration sur l’interlocuteur
Démarche dynamique   « Ressort », motivation, élan
Démarche à grands pas (par rapport à la taille de la personne)   Ardeur à l’action, dynamisme Considère la vie comme un tout dans lequel les détails ont peu d’importance
Buste légèrement penché vers l’avant   Intérêt, ouverture d’esprit, concentration
Tête droite et menton légèrement relevé   Intérêt, ouverture d’esprit


(Bild: radopix)


Giselle Chaumien-Wetterauer
a travaillé pendant près de 30 ans comme responsable de département dans l´industrie. Aujourd'hui, elle conseille les entreprises en matière de communication, elle travaille comme auteur, rédactrice et traductrice dans des secteurs privilégiés et elle accompagne les jeunes sur la voie dans l'autonomie professionnelle et la création d'entreprise.

Back to top