Contrer le chômage avec discipline

Contrer le chômage avec discipline

Form to

Malgré le chômage, il ne faut pas baisser la tête. Nous vous disons comment organiser le temps de la recherche de travail judicieusement. Par conséquent, il faut procéder délibérément et avec beaucoup de discipline dans cette période difficile.


Du travail, un poste fixe, ce n’est pas seulement une source financière de revenus. Une activité professionnelle offre aussi dans la vie privée une structure ferme. Des études menées en Autriche en en Allemagne prouvent indéniablement une série d’effets négatifs du chômage sur la santé, lesquels atteignent leur apogée dans le résumé « Le chômage rend malade ».  Dans le magazine suisse « Le marché du travail », on a pu lire quelques-uns de ces effets négatifs :

  • Une assurance de soi diminuée, parce que l’on s’identifie à son travail.
  • L’absence d’environnement social. En même temps que le poste de travail, on perd un lieu de vie sociale ainsi que de l’échange moral.
  • L’inactivité forcée n’est pas du temps libre. Ce que l’on a en excès perd de la valeur.
  • L’inactivité est un stress en son genre, même les choses les plus banales deviennent fatigantes.
  • Un rythme insuffisant de phases de travail et de détente est nuisible pour le corps.
  • Cela coûte plus d’effort de faire du sport.
  • Les hommes souffrent plus fort de la situation car ils se considèrent comme ceux qui ramènent le principal revenu à la maison.

Avoir des objectifs et créer des structures

C’est devant cette toile de fond qu’il est donc d’autant plus important de bien gérer un chômage imminent et de savoir que cela signifiera plus que beaucoup de temps libre pendant lequel on écrira quelques lettres de candidature. 



Cela pourrait également vous intéresser :

Chômage: quels sont vos droits et devoirs ? 
Quand le chômage se fait menaçant, il faut respecter différentes procédures formelles afin d’être enregistré correctement et d´être accompagné et soutenu financièrement. 


Il s´agit donc de bien gérer cette période. Cela commence par l’établissement des bonnes priorités. La première priorité est la résolution du problème, la recherche d’un nouveau poste de travail. Pendant le chômage, le travail consiste à rechercher du travail. Il faut aborder cette recherche de façon structurée, systématique et planifiée. Il est utile de définir un plan de semaine constant contenant des horaires fixes pour les différentes activités.

Etablissez un plan

Cela peut ressembler à ceci : tous les jours de 9 à 12 heures, on travaille à la recherche de poste. Au besoin, on utilise un deuxième bloc de 14 à 17 heures. La semaine de travail ainsi établie commence par la sélection des offres d’emploi de la presse du week-end. Pendant le week-end, on peut de bonne conscience laisser de côté l’engagement contre le chômage, car ce sont seulement les personnes ayant un poste fixe qui écrivent leur candidature à ce moment-là. Pour soi-même, c’est lundi que l’on recommence.

Ou bien on se donne pour devise d’écrire au moins une lettre de candidature par jour. Pour la qualité de vie, c’est justement cette systématique avec une structure constante ou un emploi du temps qui est important pour cette période.

Un travail régulier mène au succès

L’initiative personnelle a également une signification importante. Que l’ORP puisse nous fournir un poste est une bonne chose. Mais il ne faut pas trop y compter. Après tout ce sera plutôt la candidature personnelle qui aura le succès souhaité. Pour cela, il faut ne pas abandonner trop vite et montrer beaucoup d’endurance.

Le fait d’avoir un jour été au chômage ou pas n´est pas décisif, mais plutôt ce qu’on a fait durant cette période. On considère de manière positive les cours de langues et les séjours linguistiques.

Formation continue

Les mesures prises pour faire ou pour continuer une formation sont maintenant tout indiquées. Si l’on a été licencié après une appartenance à l’entreprise de longue date pour cause de faillite, de manque de commande ou pour d’autres raisons internes à l’entreprise, cela n’a pas non plus beaucoup de conséquences.

Si l’on obtient une invitation à un entretien d’embauche, le chômage momentané n’a déjà pas conduit à un refus. Par conséquent il ne sera peut-être pas sujet de l’entretien.  Au premier plan sera plus probablement les qualifications apportées, capacités de prestations et ce que l’on peut faire de particulier pour la nouvelle entreprise. Il s’agit maintenant de l’avenir et non pas du passé.

Ne pas oublier la joie de vivre

Mais durant la recherche d´emploi, la vie continue. C’est aussi ce que souligne le psychothérapeute Andreas Zimmermann : « A côté de votre engagement dans la recherche de travail, entreprenez - aussi des activités qui font du bien. Rencontrez des amis pour vous amusez. Faites du sport et engagez-vous pour d’autres. Peut-être avez-vous la possibilité et l’envie d’utiliser cette phase pour une activité bénévole ».

Ce n’est pas parce que l’on est au chômage qu’il faut se considérer comme étant sur une voix de garage. A son avis, le soutien social par la famille et les amis est d’une importance centrale. Mais il ne faut pas seulement parler de ses problèmes, mais aussi avoir d’autres sujets de conversation.

(Alexander Saheb, 2009 / Nyul, Fotolia.com)