Skip to main content

Conseils pour les tests de personnalité

Conseils pour les tests de personnalité
Les tests de personnalité font partie des méthodes de sélection lors de l'attribution d'un poste. La signifiance est controversée. Mais celui qui doit faire un test doit être spontané et honnête.

Andrea Pfister a fait ces tests assez souvent. Dans le cadre d'assessment center, ce chef d'équipe dans les assurances de projets chez Allianz Suisse a reçu à chaque fois quelques jours auparavant un lien. Derrière ce lien se cachaient jusqu'à 200 questions auxquelles il devait répondre en ligne en moins de trois quarts d'heure.

Exemples de questions pour un test de personnalité

" Est-ce que vous préférez que l'on vous considère comme quelqu'un A de pratique / B de spirituel ? " - c'est l'une des questions de l' " indicateur de type de Myers-Briggs " (MBTI), un test standartisé qui ne permet qu'une seule réponse par question. Dans d'autres tests, les possibilités de réponses sont plus nuancées. On peut répondre à la question " Quand je suis dans un groupe, la plupart du temps, c'est moi qui prend la tête " Par " oui ", " plutôt oui ", " plutôt non ", " non ". Une troisième variante offre la possibilité de distribuer des points. Soit on donne tous les points à une réponse, soit on partage entre différentes réponses.

Les champs thématiques sont, entre autres, l'organisation, le style de direction et de communication, la capacité à travailler en équipe, le style personnel d'apprentissage et ce qui motive ou démotive un candidat. Tous les tests ont pour objectif commun de découvrir des traits de personnalité du candidat afin de tirer des conclusions sur son comportement au quotidien.

Spontanéïté et honnêteté

Cependant, cela comporte le danger de répondre à des questions d'" attraction sociale ", explique Roman Wider de Laufbahnvision à Berne. Cela signifie que les candidats esquissent une image d'eux-même tel qu'ils aiment se voir ou qui à leur avis correspond à l'idéal souhaité par le futur employeur. De bons tests prennent ce facteur en compte et sèment consciemment des questions qui doivent rendre cela visible. C'est pourquoi des questions apparaissent plusieurs fois - légèrement transformées.

Le conseil de Wider : " Répondre spontanément et surtout honnêtement, se mettre au travail avec une attitude ouverte et positive. " " En règle générale, la première idée est la meilleure. " De plus, cela raccourcit la durée du test. En effet, le temps que le candidat met à répondre est également évalué par le responsable du personnel. Quand quelqu'un a besoin de longtemps pour répondre, cela manifeste éventuellement une incertitude et une souveraineté manquante. " Ou bien il y a peut-être des problèmes de langue ", nous dit Bettina Goulon, psychologue au HR Kompetenszentrum (Centre de compétences) à Wil.

Le test de personnalité : juste une partie du puzzle

Pour l'employeur, il est précieux de voir de quelle façon le candidat se perçoit lui-même. " La concordance de l'image que l'on se fait de soi et de l'image que les autres se font de nous est un point très important ", nous dit Bettina Goulon. C'est pourquoi le test de personnalité n'est-il qu'un instrument parmi d'autres afin de trouver le candidat le plus approprié. Donc une pièce de puzzle qui doit aller avec les autres.

Dans un test, quand quelqu'un s'attribue une grande aptitude à s'imposer, il doit pouvoir le prouver dans un jeu de rôles. Sinon, les testeurs sont intrigués et creuseront un peu plus. La plupart du temps, les experts se sont eux-mêmes déjà fait une image du candidat. Maintenant, tous les participants ont la possibilité d'éclaircir ce qui est équivoque, et peut-être d'ajuster mieux la pièce du puzzle. Si cela ne s'ajuste pas du tout, c'est aussi une conclusion importante.

La meilleure des préparations : une analyse des points forts et des points faibles

Il est bon d'essayer au préalable de s'évaluer soi-même le plus sincèrement possible et de prendre conscience des manières personnelles typiques de se comporter, trouve Roman Wider. Il faudrait s'éclaircir impitoyablement sur ses points forts et ses points faibles. Pour cela, un collègue de travail familier peut être utile si on lui demande une estimation concrète. " Est-ce que tu me trouves digne de foi et authentique et si oui à quel point ? Comment estimes-tu ma loyauté par rapport à l'équipe, le supérieur, la direction ? " - des questions de ce type peuvent aider à réfléchir sur soi.

Généralement, ni le candidat ni le testeur ne devraient surestimer le résultat, trouve Bettina Goulon. Elle est d'accord avec son collègue Wider sur le fait que les tests ne sont probants que s'ils correspondent à certains critères de qualités. Avec les autres composants d'un assessment center, le test de personnalité peut devenir un instrument très précieux, trouve Wider - afin de découvrir des dissenssions ou pour confirmer une impression.

(Christiane Deuse, 26.02.2009 / Illustration: Franz Pfluegl, Fotolia.com)

Back to top