Skip to main content

ABC du langage corporel

ABC du langage corporel

ABC du langage corporel

Form to

La première impression est décisive. Généralement, l’impression qu’un candidat fait sur le recruteur ne dépend pas tant de ce qu’il dit, mais plutôt de son comportement, son attitude, donc de la manière dont il se présente et de son charisme. Le gestuel et la mimique sont des « vecteurs de sympathie » importants.




Le pistolet se transforme en porc-épic. D’abord, la jeune femme joint les mains sur ses genoux, ses index placés parallèlement l’un à côté de l’autre, formant un pistolet. Puis elle écarte aussi les autres doigts, la paume des mains restant jointes – voilà bien un porc-épic. Pour le pantomime viennois Samy Molcho qui forme depuis 30 ans les managers aux principes du langage corporel, ces deux gestes traduisent méfiance et défense. Peu avant la fin de sa période d’essai, la jeune embauchée doit préparer une nouvelle présence sur un salon. Elle craint la chose, bien que son supérieur lui présente le bonbon comme une grande opportunité. La jeune femme a raison : le projet entraîne un grand nombre d’heures supplémentaires – non payées bien entendu.

C’est en montrant ce genre de scènes dans ses stages que Molcho met en évidence à quel point le corps « parle » dès lors qu’une personne ouvre la bouche. « Le langage corporel est la clé de tout ce que nous vendons », déclare-t-il.

Rayonner de l’intérieur vers l’extérieur

« Le langage du corps s’apprend », dit Samy Molcho convaincu, « à condition qu’il aille de pair  avec l’attitude intérieure individuelle et l’idéologie de la personne concernée. » Il ne suffit pas d’embrasser la grenouille pour qu’elle se transforme en prince charmant.  Transposé sur la situation des candidats postulant pour un emploi, cela veut dire qu’un stage de langage corporel n’est jamais que la deuxième étape, la première étant que la personne prenne conscience de ses propres points forts et points faibles, des expériences qu’elle a faites et des objectifs qu’elle s’est fixés. Molcho conseille aux candidats de s’imaginer qu’ils « ne se présentent pas au recruteur pour obtenir quelque chose, mais qu’ils se rendent dans l’entreprise pour proposer quelque chose, à savoir leur performance, leurs capacités et aptitudes, leurs talents et leur assiduité. »

Si vous allez avec assurance dans l’entretien d’embauche, vous avez déjà presque gagné ! Cependant, il ne faut pas oublier que l’emballage doit être assorti au contenu, dans le cas contraire les candidats ne sont pas « authentiques ». Il va de soi que les mensonges formulés verbalement sont également à proscrire, rappelle Sabine Mühlisch, consultante et formatrice à Cologne en Allemagne : « Toute omission, si inconsciente soit-elle, sera traduite par votre corps. De cette façon, toute personne essayant de dire quelque chose en se servant uniquement de son corps sans en être intérieurement convaincue, sera découverte. »

Attention à la tenue !

Une formation au langage corporel n'a pas pour ambition d’enseigner aux participants à faire des prouesses en art dramatique, mais à leur apprendre à prendre conscience d’eux-mêmes et à se contrôler, facultés importantes pour la fameuse « première impression » au cours de l’entretien d’embauche. Le recruteur ressent inconsciemment, en moins de 150 millièmes de seconde, si un candidat lui est sympathique ou non, ont découvert les psychologues. « Garder son sang-froid » est une attitude qui s’apprend : bombez le torse, tenez la tête bien haute et droite, souriez.

Puis faites votre entrée de manière dynamique : « Lorsque vous entrez dans une pièce, ne restez pas timidement cloué sur le seuil de la porte. La personne se trouvant dans la pièce aurait l’impression que vous aimeriez plutôt prendre la fuite », dit Monika Matschnig, formatrice à Neufahrn près de Munich et auteur de plusieurs manuels sur le langage du corps et le self-marketing. « Faites quelques pas dans la pièce, orientez-vous rapidement, puis visez votre objectif d’un pas décidé, qu’il s’agisse d’un siège ou d’une personne. » La longueur des pas doit correspondre à la taille de la personne, la vitesse doit être « normale ». En Allemagne, en Suisse et en France, il est d’usage de serrer la main de son interlocuteur, sans pourtant l’écraser.  Asseyez-vous confortablement, sans prendre de posture trop décontractée. Posez vos mains, légèrement croisées, sur la table dans la mesure où ceci peut se faire sans que vous deviez vous pencher trop en avant. Sinon, placez vos mains sur vos cuisses. Une fois que vous aurez suivi  cette petite « mise en scène », l’entretien d’embauche pourra commencer. 

Réglez votre réveil

Dans la phase suivante de l’entretien, l’attention des deux interlocuteurs délaisse les informations non-verbales pour se concentrer sur les informations verbales. Toutefois, un interlocuteur avisé remarque immédiatement quand un candidat qui a bien démarré « sort de son rôle » pour réintégrer ses modèles de comportement. C’est pourquoi les formateurs recommandent, par exemple chaque fois qu’un nouveau sujet est soulevé, de faire intervenir un « réveil imaginaire » qui, le cas échéant, « rappelle à l’ordre » en matière de posture et concentration.

Ceci permet de corriger les signaux du corps contradictoires, l’une des sources d’erreur les plus fréquentes. Un candidat qui assure qu’il est « ouvert » et qui fait un nœud avec ses doigts, n’est pas vraiment crédible », explique Monika Matschnig.

Les signaux cachés et leur signification

Yeux, visage
Le regard qui balaie la pièce fait preuve d’insécurité ou d’un manque d’intérêt. Gardez le contact avec les yeux, sans pourtant fixer votre interlocuteur. Evitez de froncer les sourcils et d’écarquiller les yeux. Souriez.

Haut du corps
Adoptez une posture bien droite, légèrement penchée vers l’avant : vous montrerez ainsi votre ouverture d’esprit et votre engagement. Si l’atmosphère de l’entretien est particulièrement agréable, vous pouvez légèrement vous adosser sans pour autant prendre une position trop décontractée.

Bras
Au moment de l’accueil, lorsque vous donnerez la main à votre interlocuteur, rapprochez-vous suffisamment pour éviter que les bras soient raides, cela créerait une distance désagréable. Croiser les bras devant la poitrine traduit un sentiment d’opposition, de défense ou d’insécurité – ou les trois à la fois. L’idéal est de poser les mains de manière décontractée sur la table ou sur vos cuisses.

Mains
Un gestuel fluide et bien dosé peut souligner ce que vous dites. N’agitez pas les mains ni les bras, ne faites pas de gestes menaçants (p.ex. pointer du doigt). Ne touchez pas votre visage (cela traduirait une situation de stress).

Jambes
Positionnez vos jambes l’une à côté de l’autre. N’écartez pas les jambes, cela ne témoigne pas d’une bonne éducation. Ne restez pas figé dans votre posture, changez de temps en temps de position, mais n’ayez pas la bougeotte. Ne gigotez pas et ne tortillez pas vos jambes autour des pieds de votre chaise : c’est un signe de confrontation ou de refus.

(Christoph Stehr / Version française Giselle Chaumien-Wetterauer, www.gcw-communications.com / photo: Monkey Business, Fotolia.com)